Témoignage de Terence Colfer

J’ai grandi à Dorval, au Québec, près d’un grand aéroport international, ce qui a renforcé ma première passion pour l’aviation. Pour en savoir plus, je me suis joint au 592e Escadron communautaire Canadair en 1956.

J’étais au bon endroit. J’attendais avec impatience les réunions et, tout en occupant quelques emplois après l’école, j’ai appris l’importance de la gestion du temps.

Les camps d’été à Clinton, Greenwood et le cours pour cadres supérieurs à Borden ont été passionnants, mais apprendre à voler et participer à un échange au Royaume-Uni ont été des moments forts.

Des amitiés durables se sont nouées en tant que cadet de l’Air. En plus d’établir une discipline personnelle; le travail d’équipe, l’adaptabilité et le leadership ont été soulignés. La condition physique faisait partie du programme d’apprentissage, tout comme le développement d’un bon jugement.

Cette expérience extraordinaire des cadets de l’Air m’a apporté un soutien exceptionnel pendant mon séjour dans les Forces armées canadiennes puis dans le service diplomatique alors que j’étais en poste dans des ambassades canadiennes en Europe, en Afrique, au Moyen-Orient, en Australie et aux États-Unis.

Mes dernières nominations diplomatiques ont été celles d’ambassadeur du Canada au Koweït, au Qatar et en Iran.

En tant que représentant des intérêts canadiens dans de nombreuses régions du monde instables sur le plan géopolitique, les leçons de la vie tirées des premières années des cadets de l’Air ont été essentielles pour appuyer de nombreux appels de jugement critiques; en particulier en tant qu’ambassadeur du Canada dans des régions difficiles, loin de la maison.

En passant, j’aime toujours piloter des avions / planeurs et faire bon usage de ma licence de pilote. Chapeau au programme des cadets de l’Aviation royale canadienne!

(592e Escadron communautaire Canadair: 1956-1960).

Ambassadeur Terry Colfer; ancien ambassadeur au Koweït, au Qatar et en Iran.